Vitamine B7 ou I

De DidaQuest
IP6.jpg


Role de la vitamine B7

  • La vitamine B7 Inositol, vitamine I = Acide fytique

L'inositol (qui appartient aux vitamines du groupe B) est un sucre, présent dans tous les tissus, et en particulier dans le système nerveux (gaine de myéline). Le cerveau et le coeur contiennent les plus hautes concentrations. On l'appelle aussi "vitamine B7", même si l'inositol est synthétisé également par l'organisme à partir du glucose. L'inositol intervient dans le contrôle de la croissance et du nombre des cellules, et empêche donc une prolifération cellulaire (cancer...). L’inositol est indispensable au bon fonctionnement du cerveau et sa carence entraîne troubles nerveux et de l’humeur.

Les meilleures sources de vitamine B7

foie de boeuf, coeur de boeuf... céréales complètes, germes de blé frais, germes d'orge, noix fraîches, fèves, alimentation végétale... lécithine : source d'inositol et de la choline (soja, sésame, jaune d'oeuf...).

http://www.zoelho.com/ZoelhoFR/Publish/index.htm#t=Basiselementen%2FVoedingsstoffen%2FVitaminen%2FInositol.htm

Description de la vitamine B7

Le phosphatidylinositol (PI) fait partie du système de cascade du phospho-inositide, activé par une hormone. Le PI possède dans cette cascade une fonction de messager secondaire, qui est libéré après la liaison d'un ligand (une hormone) à un récepteur membranaire (stimulation externe).

Une hormone spécifique (p. ex. l'adrénaline dans une situation de stress) est le premier messager. Cette molécule se fixe sur la surface cellulaire et influence à l'intérieur de la cellule les processus métaboliques débouchant sur une réponse cellulaire, par l'intermédiaire d'un messager secondaire et via un système enzymatique et les réserves de calcium.

---> aucune absorption du calcium sans inositol.

Dans la membrane cellulaire et sous stimulation externe des cellules membranaires, le phosphatidylinositol (PI) est métabolisé en phosphatidyl-inositol-biphosphate (PIP2).

PI ---> phosphorylation avec ATP ---> PIP2

Ce PIP2 est ensuite scindé par hydrolyse en 2 messagers secondaires de la cascade du phospho-inositide, cruciale dans l'influx cellulaire de calcium : l'inositol 1.4.5 triphosphate (IP3) et la molécule restante, le diacylglycérol (DAG).

1. L'IP3 se lie à un récepteur spécifique sur le réticulum endoplasmique (RE) (un lieu intracellulaire de stockage d'ions Ca2+), ouvre les canaux de Ca2+ et augmente ainsi les taux de Ca2+ du cytosol (contraction musculaire...). Il est ensuite reconverti en inositol via l'action de la phosphatase.

Puis, l'inositol et le DAG s'associent à nouveau pour reformer le PI et ensuite le PIP2 par addition de groupements phosphates.

2. Le diacylglycérol (DAG, qui se trouve au niveau de la membrane plasmique), associé aux ions Ca2+ dans le cytosol, active la protéine kinase C (PKC) qui augmente l'affinité de cette enzyme pour le Ca2+ dans la membrane cellulaire. Les PKC activées provoquent la phosphorylation de protéines cellulaires qui est responsable de la réponse cellulaire. Le DAG est ensuite dégradé en phosphatidyl.


Le phosphatidyl ainsi obtenu peut

former la phosphatidylsérine (un composant membranaire) avec l'acide aminé la sérine, ou, être dégradé en glycérol, utile dans , l'anabolisme du glucose ou d'acides gras libres, l'acide arachidonique (précurseur des prostaglandines du type PG2).

Note : il existe d'autres phosphates d'inositol : IP1, IP2, IP3, IP4, IP5, IP6 IP6 = le (myo)inositol hexaphosphatique, acide phytique : dans des germes (en particulier le sésame), des graines (maïs....), des légumes (haricots...), noix...: est la première source d'énergie lors de la germination. L'acide phytique est le premier moyen de stockage de phosphore du monde végétal. Dans l'estomac de l'homme et des animaux, le phosphore dans l'acide phytique n'est pas directement disponible pour l'organisme. La présence de la phytase, une enzyme, est nécessaire pour neutraliser l'acide phytique et pour libérer le phosphore.

la phytase est naturellement présente dans les aliments qui contiennent de l'acide phytique. Toutefois ses concentrations peuvent varier fortement : le maïs, le millet, l'avoine et le riz brun ne possèdent pas assez de phytase pour neutraliser l'acide phytique présent. Le blé et le seigle par contre sont riches en phytase ( le seigle 2x plus que le blé, et le blé 14x plus que le riz brun). Laisser tremper ou acidifier les graines fraîchement moulues dans un milieu chaud, neutralise tout l'acide phytique (---> le seigle est la céréale préférée du pain au levain). la phytase est, chez les ruminants, aussi produite par des bactéries intestinales. Les animaux monogastriques par contre produisent moins de phytases. L'homme aussi ne produit pas assez de phytases pour se nourrir sainement avec des aliments très riches en phytates. Certaines personnes par contre rencontrent peu de problèmes parce qu'elles possèdent dans leurs intestins des bactéries probiotiques (Lactobacilli) qui assure une production accrue de phytases. la germination (laisser tremper la farine et les graines dans un milieu acide et très chaude) active la phytase (les bouillir ne suffit pas) et réduit la concentration de l'acide phytique. La fermentation (l'ajout de levure) comme dans le processus du levain renforce encore cette activation. Voir aussi : "Les céréales". la plupart des céréales (aussi les flocons d'avoine) sont chauffées avant leur mise sur le marché : étant donné que la haute température détruit les enzymes présentes (dont la phytase), le trempage n'aide plus à convertir l'acide phytique.

lorsque la phytase est carencée, l'acide phytique fixe non seulement des minéraux indispensables (Ca, Zn, Fe), il freine également les enzymes utiles dans la digestion telles que, dans l'estomac, la pepsine (protéines), l'amylase (amidon ---> sucres) et, dans l'intestin grêle, la trypsine (protéines).

la prise régulière de repas riches en phytates n'entraîne pas directement des effets délétères chez les personnes en bonne santé. Toutefois, en cas de carence en vitamines liposolubles et/ou de 2 à 3 repas à base de céréales par jour, la prudence s'impose. Des suppléments de vit D peuvent contrer les effets délétères des phytates et d'autres sources de calcium (lait cru, yaourt, kéfir...) peuvent compenser ses effets négatifs. Qui plus est, une consommation accrue de viande (source de phosphore) peut être indiquée. Et n'oublions pas que la vit C réduit les pertes de fer (et peut-être d'autres minéraux) dues à l'acide phytique.

L' IP6 :

IP6 + inositol ---> IP3.

le lithium freine le recyclage du IP3 via le PI : la schizophrénie est donc également liée à un trouble d'influx calcique... (même problème que dans la déficience en inositol). Différents travaux ont mis en évidence des altérations des taux d'inositol et de l'activité de inositolmonophosphatase, qui catalyse la transformation de IP en myo-inositol, chez les patients bipolaires. Probablement, le lithium agisse en atténuant la signalisation dépendante du PI.


Apport nutritionnel recommandé en vitamine B7

Les apports journaliers recommandés

Adulte H...............250-1000 mg (Dose Journalière en médecine Orthomoléculaire)

Sources alimentaires de vitamine B7

Via l'alimentation :

foie de boeuf, coeur de boeuf... céréales complètes, germes de blé frais, germes d'orge, noix fraîches, fèves, alimentation végétale... lécithine : source d'inositol et de la choline (soja, sésame, jaune d'oeuf...). Synthèse endogène :

L'inositol est aussi synthétisé, à partir du glucose, au niveau du réticulum endoplasmique, un organite présent dans toutes les cellules tissulaires :

D glucose 6-phosphate ---> ox. avec NAD+ ---> Inositol 1-phosphate ---> + phosphatydyl ---> Phosphatidyl-Inositol (PI).

Le phosphatidyl-inositol (PI) ainsi formé peut entrer dans la composition de phospholipides, telles que la lécithine. Les inositol-phospholipides sont des composants de la membrane cellulaire et représentent 2 - 8% de la concentration totale de phospholipides dans l'organisme.

L'inositol est particulièrement présent dans les yeux et dans le coeur, mais aussi dans le cerveau, le foie et le sperme.


http://www.zoelho.com/ZoelhoFR/Publish/index.htm#t=Basiselementen%2FVoedingsstoffen%2FVitaminen%2FInositol.htm

Bref historique

La vitamine B7 peut désigner plusieurs molécules selon les lieux où ce vocable est employé :

En France, vitamine B7 est une appellation impropre pour le myo-inositol, le diastéréoisomère principal de l'inositol, qui n'est pas une vitamine ;

Dans la plupart des autres pays, notamment anglo-saxons, la vitamine B7 désigne la biotine1, connue en France et dans quelques autres pays comme vitamine B8.

Autres Vitamines

Vitamine A Vitamine B1 Vitamine B2 Vitamine B3 Vitamine B4 Vitamine B5 Vitamine B6 Vitamine B7 Vitamine B8 ou H Vitamine B9 Vitamine B10 Vitamine B11 Vitamine B12 Vitamine C Vitamine D Vitamine E Vitamine F Vitamine K

Vitamine B7 et Questions

  • Qu'est-ce que la vitamine B7 ?
  • A quoi sert la vitamine B7?
  • Quel est le rôle principal de la vitamine B7 ?
  • Sous quelles formes trouve-t-on la vitamine B7 ?
  • Quelles sont les sources de vitamine B7 ?
  • De combien de vitamine B7 avons-nous besoin ?
  • Quand et comment se manifestent les déficits en vitamine B7 ?
  • Que se passe-t-il si l'on consomme trop de vitamine B7 ?
  • Comment on mesure les doses et l’activité des vitamines?
  • Les vitamines sont-elles toxiques ?
  • Comment choisir un supplément?

éléments de réponses:

http://www.zoelho.com/ZoelhoFR/Publish/index.htm#t=Basiselementen%2FVoedingsstoffen%2FVitaminen%2FInositol.htm

B7.png

Présentation des vitamines

Questions sur les vitamines


Fairytale key enter-2.png
Portail: Vitamines

http://www.didaquest.org/wiki/La_biotine



Questions sur les vitamines


Fairytale key enter-2.png
Portail: Vitamines