Confusion entre rayonnement solaire – les rayons ultraviolets- les rayons infrarouges

De Didaquest
Révision datée du 28 novembre 2010 à 15:17 par Asma sayari (discussion | contributions)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à la navigationAller à la recherche
Fairytale key enter-2.png

Retour à Conceptions liées aux dimensions lexicales


Confusion entre rayonnement solaire – les rayons ultraviolets- les rayons infrarouges

  • Rayonnement solaire

Rayonnement solaire sur un plan incident donné et provenant d'un petit angle solide centré sur le disque solaire. Ce type de rayonnement est fortement lié à la géométrie de l'ensoleillement et dépend de la trajectoire journalière et saisonnière du soleil pour un site donné ainsi qu'à la nébulosité. Il influence sensiblement la valeur des apports solaires passifs dans l'habitat l'hiver mais il faut aussi s'en préserver l'été car il peut causer des surchauffes. La présence d'occultations ou de masques solaires est alors nécessaire. Le rayonnement solaire est l'ensemble du rayonnement émis par le Soleil. En plus des rayons cosmiques, particules animées d'une vitesse et d'une énergie extrêmement élevées, le Soleil émet des radiations électromagnétiques dont le spectre s'étend des ondes décamétriques aux rayons gamma, en passant par la lumière visible

  • Rayonnement infrarouge

Rayonnement infrarouge est un rayonnement émis par la surface de la terre, l'atmosphère, et les nuages. Egalement appelé rayonnement terrestre de grandes longueurs d'onde. Le rayonnement infrarouge a une gamme de longueurs d'ondes distincte (spectre) plus longue que la longueur d'ondes de la couleur rouge dans la partie visible du spectre. Le spectre du rayonnement infrarouge diffère de celui du rayonnement solaire ou rayonnement de courtes longueurs d'ondes en raison de la différence de température entre le soleil et le système Terre-atmosphère.

  • Rayonnement ultraviolet (UV)

Le rayonnement ultraviolet fait partie du spectre électromagnétique. Un rayonnement électromagnétique est une onde qui possède une composante électrique et une composante magnétique. Pour expliquer l’ensemble des propriétés de ces rayonnements, il est nécessaire de les considérer sous un double aspect : l’aspect ondulatoire et l’aspect corpusculaire. . La nature ondulatoire (ou vibratoire) du rayonnement électromagnétique traduit la propagation de l’onde dans les milieux. Ces ondes se distinguent par leur fréquence (leur nombre d'oscillations par seconde, mesuré en hertz) et peuvent être décrites par la longueur d'un cycle complet de déplacement. C’est ce qu’on appelle la longueur d’onde qui est égale à la vitesse de la lumière dans le vide (300 000 kilomètres par seconde) divisée par la fréquence de l’onde. La longueur d’onde se mesure en nanomètres (nm) c’est-à-dire en milliardième de mètre. D’autre part, lorsque l’on considère l’énergie transportée par le rayonnement, il faut faire appel au modèle corpusculaire de l’onde. Ceci revient à regarder la propagation de l’onde comme le déplacement de "paquets" de particules (les photons) auxquels est associée une énergie.

Le rayonnement électromagnétique

Le rayonnement électromagnétique n’est pas constitué que du rayonnement ultraviolet, il comprend plusieurs catégories de radiations que l’on peut décomposer en fonction de leur longueur d'onde : c’est ce qu’on appelle le spectre électromagnétique. Le spectre électromagnétique, par longueur d'onde décroissante, comporte : - les ondes radio et les micro-ondes (longueurs d'onde supérieures à 1 400 nm), - l’infrarouge (IR, longueur d’onde de 800 à 1 400 nm, invisible), - la lumière visible (longueur d’onde de 400 à 800 nm, visible), - l’ultraviolet (UV, longueur d’onde de 100 à 400 nm, invisible), - les rayons X (longueurs d’onde inférieures à 100 nanomètres, invisibles), - et les rayons gamma (longueurs d’onde inférieures à 5 nanomètres, invisibles).