Oméga-6

De Didaquest
Aller à la navigationAller à la recherche


Autres Fiches Conceptuelles
Posez une Question
Target Icon.pngVotre Publicité sur le Réseau Target Icon.png

Puce-didaquest.png Traduction



Puce-didaquest.png Définition

Domaine, Discipline, Thématique


Définition écrite


  • Le groupe d'acides gras oméga-6, notés également ω6 (ou encore n-6) sont des acides gras polyinsaturés que l'on trouve dans la plupart des huiles végétales, graines et les céréales. On les retrouve dans les œufs ou certaines viandes en quantités variables selon l'alimentation des animaux. Ils sont également présents dans le lait humain.
  • Ces acides gras sont dits essentiels car ils sont nécessaires pour l'organisme, qui ne peut pas les synthétiser. Leurs besoins sont faibles facilement remplis par une alimentation équilibrée. Aucune maladie de carence n'a été observée, hors de cas de dénutrition très prolongés1. Des doses excessives sont cependant à éviter, l'important étant le rapport oméga-6 sur oméga-3, un ratio compris entre 1 et 5 étant conseillé2, le ratio compris entre 5 et 20, constaté dans certains régimes alimentaires, étant nocif3.

On les trouve principalement dans les huiles alimentaires. Les plus riches sont, par ordre décroissant :

  • l'acide linoléique se trouve dans l'huile de carthame, de pépins de raisin, de tournesol, de germe de blé, de maïs, de noix, de soja et, de façon générale, dans les huiles végétales5. L'huile de carthame en contient par exemple trois fois plus que l'huile d'arachide6 ;
  • l'acide arachidonique se trouve dans la chair d'animaux (les viandes).

On connaît le rôle bénéfique des gras polyinsaturés oméga-6 dans le traitement de l'hypercholestérolémie et celui des oméga-3 dans le fonctionnement du cerveau et celui du cœur7,8,9,10,11. Mais consommés de manière déséquilibrée, ils augmentent les facteurs favorisant l'obésité et peuvent avoir des conséquences graves, à long terme sur la santé humaine. Les recherches médicales ont confirmé l'hypothèse que des taux élevés d'oméga-6 par rapport au taux d'oméga-3 peuvent favoriser l'apparition de maladies, notamment cardio-vasculaires.

  • Outre l'apport énergétique comme tout lipide, les oméga-6 servent également de précurseurs (en fait essentiellement l'acide arachidonique) d'un certain nombre de molécules comme la prostaglandine E2, la prostacycline, le thromboxane A2 ou le leucotriène B4. Ces molécules ont un rôle dans l'inflammation, sur le muscle lisse des vaisseaux sanguins (vasomotricité) ou sur l'agrégation des plaquettes intervenant dans la formation de caillot.
  • Les recommandations américaines préconisent que les oméga-6 constituent environ 10 % de l'apport énergétique total chez l'adulte17. Les recommandations européennes fixent cette proportion entre 4 et 8 %18.
  • Alors que l'AFSSA préconise un rapport de 5 oméga-6 pour 1 oméga-32 aucun argument scientifique ne soutient un rapport différent de 1, par contre les connaissances concernant le fonctionnement de l'organisme humain sont en faveur d'un rapport égal à 1. L'alimentation des pays occidentaux possède un rapport allant de 10 à 30 oméga-6 pour 1 oméga-319.

Auteur de plus de 230 publications dans des revues médicales internationales, le professeur Richard Béliveau (professeur de biochimie depuis 1984 à l'Université du Québec à Montréal, où il est titulaire de la Chaire en Prévention et Traitement du Cancer3,4) dirige une équipe de 30 chercheurs qui travaillent sur la prévention et le traitement du cancer3,4. Dans le film documentaire Notre poison quotidien de Marie-Monique Robin, il explique la relation entre acides gras polyinsaturés oméga-6, inflammation et cancer6 :

* « Une des conséquences de la consommation de « malbouffe » et de produits industriellement transformés, c'est la surconsommation d'oméga-6 versus les oméga-3. Les oméga-3 génèrent des molécules anti-inflammatoires, les oméga-6 génèrent des molécules pro-inflammatoires. De façon traditionnelle, dans notre alimentation, on consomme un ratio de 1 pour 1 (rapport entre acides gras oméga-6 et oméga-3) mais, avec l'industrialisation de la malbouffe, on utilise surtout des huiles hydrogénées et des huiles de maïs et de tournesol qui ne contiennent que des oméga-6. Donc les graisses qui proviennent de l'industrie de la malbouffe et de la transformation industrielle sont des graisses qui amènent au niveau métabolique un ratio oméga-6 / oméga-3 de 25:1. Lorsqu'on consomme l'alimentation industrielle, on se met métaboliquement, physiologiquement en mode pro-inflammatoire »


Définition graphique




Puce-didaquest.png Concepts ou notions associés


References
Références


Liens éducatifs relatifs aux 5 Mots-Clés Principaux

Sur le Portail Questions / Réponses

Sur Portail de Formation Gratuite

Sur des sites de Formation

Sur DidaQuest

Oméga-6 sur :

Wikipedia / Wikiwand / Universalis / Larousse encyclopédie / Khan Académie

Sur Wikiwand : Acide gras /

Acide insaturé / acide linoléique / acide γ-linolénique / acide eicosadiénoïque

Sur Wikipédia :

Acide gras / Acide insaturé / acide linoléique / acide γ-linolénique / acide eicosadiénoïque

Sur Wikiversity : Acide gras / Acide insaturé / acide linoléique / acide γ-linolénique / acide eicosadiénoïque
Sur Universalis : Acide gras / Acide insaturé / acide linoléique / acide γ-linolénique / acide eicosadiénoïque
Sur Khan Académie :

Acide gras / Acide insaturé / acide linoléique / acide γ-linolénique / acide eicosadiénoïque



Puce-didaquest.png Exemples, applications, utilisations

  • Consommés en quantité raisonnable, les acides gras Oméga-6 protègent le système cardiovasculaire, stimulent les défenses immunitaires et aident à avoir une jolie peau. Ils sont également très impliqués dans le fonctionnement du système nerveux et dans le processus de cicatrisation des plaies. Ils diminuent aussi l'intensité des réactions allergiques. Idéalement, votre consommation journalière en Omga-6 devrait être d'environ 8 g.
  • Le corps utilise les oméga-6 pour élaborer des acides gras hautement insaturés et des eicosanoïdes de séries 1 et 2. Ces substances jouent un rôle important dans le bon fonctionnement des systèmes nerveux, cardiovasculaire, immunitaire, ainsi que dans les réactions allergiques et inflammatoires et la guérison des blessures. Consommés en excès, les acides gras oméga-6 peuvent contrecarrer les effets bénéfiques (en particulier cardiovasculaires). Un excès d’oméga-6 peut aussi provoquer des douleurs et des maladies inflammatoires comme l'asthme ou l'arthrite.


Puce-didaquest.png Erreurs ou confusions éventuelles



Puce-didaquest.png Questions possibles



Puce-didaquest.png Liaisons enseignements et programmes

Idées ou Réflexions liées à son enseignement



Aides et astuces



Education: Autres liens, sites ou portails




Puce-didaquest.png Bibliographie