Parasitisme

De Didaquest
Aller à la navigationAller à la recherche


Autres Fiches Conceptuelles
Posez une Question
Target Icon.pngVotre Publicité sur le Réseau Target Icon.png

Puce-didaquest.png Traduction



Puce-didaquest.png Définition

Domaine, Discipline, Thématique


Définition écrite


La diversité des relations parasitaires dépend de :

  • La nature de l’hôte : homme, animal, végétal, aquatique, terrestre, vertébré, invertébré.
  • La durée de la relation : ponctuelle (moustique), permanente (paludisme).
  • La localisation du parasite :
    • Ectoparasite : le parasite est présent à l’extérieur de son hôte (ex : sur la peau, ou sur la bouche...)
    • Mésoparasite : le parasite habite les cavités naturelles reliées à l’extérieur (ex : vessie, voies génitales...)
    • Endoparasite : le parasite est présent dans l’hôte au niveau des tissus, dans le système sanguin, dans le tube digestif...


Définition graphique




Puce-didaquest.png Concepts ou notions associés


Puce-didaquest.png Exemples, applications, utilisations

  • Jusqu'au milieu du XXe siècle, en théorie, une espèce était considérée comme « parasite » uniquement lorsque le bénéfice de la relation était manifestement unilatéral (parasitisme destructeur, voire rapidement mortel) pour l'hôte parasité.
  • Certains parasitismes ont ensuite été considérés comme des cas particuliers de prédation (le parasite se nourrissant aux dépens de son hôte, sans « intention » de le tuer). Puis des études plus fines, faites dans une perspective plus systémique, ont montré que de nombreuses formes de parasitisme étaient également « utiles » à l'hôte et/ou à son espèce ou à la biocénose ; par exemple, dans la nature, de nombreux parasites interviennent efficacement dans le rétrocontrôle de la démographie de populations dont les individus – sans parasitisme – pulluleraient rapidement, jusqu'à faire disparaître leurs ressources alimentaires.
  • On parle d'interactions durables pour décrire les relations complexes qui unissent la plupart des couples hôte-parasite.
  • On trouve des parasites dans l'ensemble du monde vivant. Les biologistes distinguent les parasites unicellulaires (coccidies, piroplasmes...) qui appartiennent au monde microbien, et les parasites pluricellulaires. Certains groupes sont composés quasi exclusivement de parasites (exemples : les plathelminthes monogènes), bien que la plupart comportent à la fois des espèces parasites et libres (exemple : les nématodes).
  • Les vertébrés comportent très peu d'espèces parasites, uniquement parmi les poissons : les lamproies rongent la peau de poissons pélagiques, les poissons-vampires (ou candirús) sucent le sang de gros siluridés amazoniens, certains poissons-perles (ou aurins) parasitent des holothuries.
  • Il existe enfin un parasitisme intra-spécifique chez les baudroies abyssales (cératiidés) : les mâles, minuscules, se fixent à la femelle, aux dépens de laquelle ils passent toute leur vie.


Puce-didaquest.png Erreurs ou confusions éventuelles



Puce-didaquest.png Questions possibles



Puce-didaquest.png Liaisons enseignements et programmes

Education: Liens, sites et portails




Idées ou Difficultés liées à son enseignement

  • ............
  • ............
  • ............

Aides et astuces

  • ............
  • ............
  • ............

Puce-didaquest.png Bibliographie