Vitamine E

De DidaQuest
Molecule Vitamine-E.png
  • La Vitamine E est une vitamines liposoluble indispensables à de nombreux organisme vivants et à plusieurs niveaux : agroalimentaire, santé, beauté et bien être.

Propriétés et rôles de la vitamine E

Rôle principale de la vitamine E

  • Dans le domaine de la santé :

Trois grands domaines :la stérilité, anti-oxydant et anti-radicaux libres avec la vitamine C et le bêta-carotène entre autres.

- Action anti-oxydante (proche du rôle de la vitamine A), elles protègent donc tous les lipides de l’organisme de l’oxydation ou du rancissement. Plus on ingère d’acides gras poly-insaturés, plus on a besoin de vitamine E pour les protéger contre les risques d’oxydation ou

de “rancissement” à l’intérieur même de l’organisme. Pourquoi cette nécessité d’empêcher les lipides de s’oxyder? Parce que les lipides oxydés exercent une action inhibitrice sur de nombreuses enzymes.

– L’a-tocophérol agit en prévenant ou en interrompant les réactions en chaîne que génèrent les radicaux libres (molécules comportant un électron célibataire).
– Si ce sont les graisses circulantes qui sont oxydées

par les radicaux libres (en particulier par ceux qu’émettent les globules blancs dans la paroi artérielle et qui sont justement chargés d’épurer des graisses qui s’y accumulent), c’est l’initiation de l’athérosclérose.

- Grâce à ses propriétés biochimiques et métaboliques, elle peut être utilisée dans l’industrie agroalimentaire en tant qu’additif alimentaire
- Très utilisé dans la préparation et la conservation de produits cosmétiques et de bien-être

Propriétés physico-chimiques

Tous les tocophérols se présentent, à la température ambiante, sous la forme d’une huile visqueuse de coloration jaune pâle. Ils sont insolubles dans l’eau, très solubles dans les graisses, les huiles et les solvants organiques (éthers, acétone, chloroforme, méthanol, alcools méthyliques et éthyliques). Ils sont peu sensibles à la chaleur, à la lumière et aux acides, mais très sensibles à l’oxydation et aux bases. Les esters de tocophérols et notamment l’acétate de dl-α-tocophérol sont relativement stables.

Description de la vitamine E

La vitamine E existe sous huit formes, quatre tocophérols et quatre tocotriénols. Les tocophérols sont des substances constituées par un noyau hydroxychromane et une chaîne latérale saturée phytyle à 16 carbones. Le nombre et la position des groupements méthyle sur le noyau hydroxychromane définissent les différentes formes de tocophérols et tocotriénols. La forme la plus active est l’ α -tocophérol que l’on rencontre le pl us fréquemment dans la nature. Les β et γ tocophérols ont une activité vitaminique réduite (respectivement 40 et 15 % environ de l’activité de la forme α , alors que le δ est pratiquement inactif. Les tocotriénols se distinguent des tocophérols par la présence de trois doubles liai sons sur la chaîne latérale. Deux de ces produits possèdent également une certaine activité vitaminique : environ 20% pour l’ α-tocotriénol et 5% pour le β-tocotriénol. Les autres sont inactifs.

– Les tocophérols contiennent vingt-neuf atomes de carbone.
– Tous les tocophérols ont, à la température ambiante,

le même aspect : ce sont des liquides l’huileux, visqueux, jaune pâle.

– Ils sont insolubles dans l’eau et très solubles dans les graisses et les solvants des graisses (éther, acétone, chloroforme, méthanol, alcools méthylique et éthylique).
– Ce sont des anti-oxydants : ils sont donc détruits par l’oxygène et les oxydants.
– En absence d’oxygène, ils sont stables à la chaleur (lors de la cuisson des aliments, la perte est d’environ 20%) et aux acides mais ils sont sensibles à la lumière.
– Leur absorption, dans la partie moyenne de l’intestin grêle, est étroitement liée à la digestion des graisses, et nécessite la présence de sels biliaires et de lipase pancréatique.
– Absorbés en même temps que les constituants gras, les tocophérols rejoignent la circulation générale par le canal lymphatique.
– Chez les femmes, la majorité des tocophérols est liée aux lipoprotéines HDL : chez les hommes, la majorité est liée aux lipoprotéines LDL.

Structure biochimique des vitamines E

Structure des tocotriénols: Les doubles liaisons indiquées en rouge ne sont pas présentes dans les tocophérols.

structure des tocotriénols

R1 R2 R3
alpha-tocophérol / alpha-tocotriénol CH3 CH3 CH3
béta-tocophérol / béta-tocotriénol CH3 H CH3
gamma-tocophérol / gamma-tocotriénol H CH3 CH3
delta-tocophérol / delta-tocotriénol H H CH3


Propriétés biochimiques et métaboliques

La fonction naturelle de la vitamine E est d'être antioxydante. Grâce à ce rôle, elle assure la protection des membranes cellulaires et prévient le durcissement des cellules. Elle aide également à maintenir la santé du système immunitaire en protégeant la vie des globules rouges dans la circulation sanguine.

a) Protection des membranes cellulaires

La vitamine E aide à protéger les membranes cellulaires : les acides gras insaturés, insolubles dans l’eau, servent à la constitution de la structure interne des parois de chaque cellule de l’organisme et des membranes des organes internes. Elle ralentit le vieillissement cutané en protégeant les membranes cellulaires. Sa présence permet la conservation de l'intégrité de ces acides gras, très sensibles à l’oxydation. Grâce à sa longue chaîne lipidique, la vitamine E se fixe au sein des membranes lipidiques, et c'est sa fonction phénolique qui est responsable de son activité antioxydante. Le manque de vitamine E dans la cellule se révèle par l’apparition de déchets, sous forme d’un pigment céroïde brun, appelé lipofuscine, qui se dépose toutes les fois que des acides gras insaturés sont détruits par l’oxygène. Les taches brunes séniles, sur les mains, proviennent sans doute de ce mécanisme. En outre, la destruction des acides gras insaturés du tissu conjonctif et des parois cellulaires ouvre la voie aux allergènes, bactéries et virus. D’où les affections et les allergies qui peuvent résulter d’une carence en vitamine E. En protégeant les membranes cellulaires, la vitamine E aide le foie à détoxiquer l’organisme sans lésions hépatiques. En inhibant la formation de radicaux au niveau de la cellule, la vitamine E protège également les constituants cellulaires comme les protéines et les acides nucléiques. Elle peut aussi améliorer certaines néphrites ou maladies des reins, ce qui se manifeste par la disparition du sang et de l’albumine des urines des malades, ainsi qu’une diminution de la rétention d’eau et de la tension artérielle. La vitamine E peut aussi améliorer les problèmes thyroïdiens, en augmentant l’absorption d’iode par la thyroïde.

b) Prévention du durcissement des tissus

Lorsque la cellule se dégrade, sous l’influence de la destruction de ses membranes, il s’ensuit des dépôts de calcium dans les tissus mous. Le calcium quitte les os pour envahir les parois des artères et durcir les membranes de tous les tissus. Ces dépôts de calcium sont aussi bien un effet qu’une cause du vieillissement de l’organisme: des animaux jeunes chez lesquels on a produit expérimentalement des dépôts de calcium ont l’apparence d’animaux âgés. Les cellules musculaires d’une personne carencée en vitamine E se dégradent aussi facilement que ses globules rouges. Elles sont remplacées par du tissu scléreux inutile. Du fait que le tonus musculaire peut être diminué dans certains muscles, la femme enceinte carencée en vitamine E risque d’avoir un accouchement long et difficile, pouvant provoquer des altérations cérébrales chez l’enfant partiellement privé d’oxygène pendant une période prolongée. Dans tous les endroits privés d’oxygène, il se forme également du tissu scléreux. En redonnant du tonus aux muscles oculaires, la vitamine E améliore le strabisme. Elle protège aussi les enfants d’une cause de myopie. La vitamine E contribue donc à l’entretien de la solidité et de la souplesse des parois cellulaires.

c) Prévention des caillots sanguins

La vitamine E prévient la formation anormale de caillots dans le sang. L’exposition aux crises cardiaques et attaques cérébrales est ainsi diminuée. En effet, la carence en vitamine E entraîne la dégradation des parois des vaisseaux sanguins qui s’accompagne de la formation de caillots pour éviter l’hémorragie lorsqu’un vaisseau sanguin est percé. La vitamine E est aussi efficace dans le traitement de certains désordres circulatoires des jambes, comme les varices ou les crampes. En effet, les varices sont des effets des caillots : ceux-ci se collent contre la paroi des veines, provoquant une inflammation et une enflure qui bouche la circulation dans certaines veines, ce qui fait gonfler les veines non obstruées et surchargées. En protégeant les membranes cellulaires et les parois des vaisseaux, la vitamine E prévient ainsi un certain nombre d’incidents de santé très graves. Les embolies pulmonaires et cérébrales sont causées en effet par des caillots qui s’installent dans les poumons ou le cerveau. L’infarctus du myocarde est provoqué par l’immobilisation d’un caillot dans une artère coronaire, ce qui coupe l’arrivée d’oxygène, avec formation de tissu scléreux cicatriciel. La vitamine E prévient aussi la formation des caillots sanguins en protégeant les plaquettes sanguines de la destruction de leurs membranes. La vitamine E a des propriétés remarquables dont on commence à peine à entrevoir les effets sur la santé : Elle est considérée par certains médecins comme la vitamine anti-vieillissement, et ils l’utilisent contre l’athérosclérose et certaines maladies de la peau. Des études épidémiologiques tendent à montrer son rôle protecteur vis-à-vis de certaines affections : maladies cardiovasculaires et certains cancers.

Sources de vitamine E

Les meilleures sources de vitamine E

La vitamine E (aussi appelée tocophérol) est très répandue dans la nature. On la trouve principalement dans les huiles végétales (germe de blé, tournesol, olive, arachide, colza, soja…), le germe de blé, les fruits oléagineux (noix, noisettes, amandes,…), les céréales complètes. Et elle est également présente, dans une moindre mesure, dans le foie, les œufs, le lait et le beurre, les poissons gras, dans certains légumes verts (épinards, cresson, brocoli, choux de bruxelles,…)

Apport nutritionnel recommandé en vitamine E

Les apports journaliers recommandés en vitamine E de type alpha-tocophérol est de 10-15 mg par jour pour un adulte, mais ils peuvent augmenter selon l'activité et l'alimentation.

L’apport quotidien recommandé (AQR) en vitamine E (alpha-tocophérol) est de l’ordre de 10 à 15 mg pour un adulte de base. Cependant, les besoins dépendent du régime alimentaire. Ainsi, ils sont accrus en cas de régime alimentaire riche en graisses, la vitamine E étant nécessaire pour protéger les acides gras poly-insaturés du rancissement à l’intérieur même de l’organisme.

BESOINS E.PNG

  • DOSES AUTORISEES DANS L'AGROALIMENTAIRE

Les études toxicologiques portant sur les tocophérols (naturels ou synthétiques) indiquent qu’ils ne posent aucun problème particulier pour l’homme. Leur dose journalière admissible (la DJA est la quantité moyenne d’une substance exprimée en mg/kg de poids corporel qui peut être ingérée chaque jour par le biais des aliments pendant la vie entière) qui au départ était déjà relativement élevée est actuellement non spécifié. Ce qui explique que les quantités autorisées dans les denrées alimentaires ne soient pas précisées. En effet leur utilisation repose sur le principe du quantum satis qui indique qu’aucune quantité maximale n’est spécifiée. Toutefois, les additifs sont employés conformément aux bonnes pratiques de fabrication, la dose utilisée ne dépassant pas la quantité nécessaire pour obtenir l’effet désiré et à la condition de ne pas induire le consommateur en erreur (Dir. CE n°95/2, 20 février 1995).

L’ajout de vitamine E est autorisé dans les huiles, les matières grasses non émulsionnées d’origine animale ou végétale (à l’exception des huiles vierges et des huiles d’olives), spécifiquement destinées à la cuisson et/ou à la friture ou à la préparation de sauces.

Sources alimentaires de vitamine E

Les tocophérols sont largement répandus dans les produits naturels d’origine végétale ou animale. Les sources alimentaires les plus riches en vitamine E sont les céréales (seigle, blé, avoine...) dont leurs germes, les fruits (bananes, fraise, melon...), la plupart des oléagineux, dont leurs huiles (tournesol, soja, maïs, olive, arachide...). On trouve de la vitamine E dans les légumes à feuilles (salade, épinard, chou, poireau), dans la graisse animale ainsi que dans le lait, le beurre et le fromage et également dans le poisson.

Tableau Les principales sources de vitamine E
Sources naturelles de vitamine E En mg pour 100g
Huile de germe de blé 150 à 500
Huile de soja 140
Huile d’arachide 15 à 30
Amande, noisette 15 à 20
Germes de céréales 14 à 20
Huile d’olive 8 à 20
Haricot sec, petit pois 3 à 4
Cacao, farine de blé 3
Beurre, chou, lard 2 à 3
Œuf, foie, maquereau 1 à 2
Lait maternel 0.7
Côte de porc 0.7
Filet de bœuf, laitue 0.6
Banane, carotte 0.5
Gruyère 0.3
Tomate, orange 0.2
Lait de vache 0.06

SOURCES E.PNG

Forme synthétique de la vitamine E

La vitamine E existe également sous forme synthétique  : il s’agit du dl-alpha-tocophérol que l’on retrouve dans les suppléments en vitamine E. On retrouve également l’acétate ou le succinate de tocophérol. Bien que la forme synthétique soit bénéfique, la forme naturelle est particulièrement recommandée. En effet, elle est deux fois mieux assimilée par les tissus que sa forme synthétique. De plus, la forme naturelle est la plus active.

Bref historique

– C’était en 1922; H. Evans et K. Bishop venaient de découvrir l’existence d’un facteur liposoluble dont l’absence, dans la nourriture de rats soumis à un régime artificiel supplémenté avec les seules vitamines connues à l’époque (A. B. C et D), provoquait la mort des foetus chez les femelles, et l’atrophie des testicules chez les mâles… On soupçonna la carence en une vitamine encore inconnue, et les travaux poursuivis entre 1922 et 1926 par Evans, Bishop et Sure permirent de trouver ce facteur dans les feuilles vertes et les germes de blé.
– En 1936, Evans et Emerson l’extraient de l’huile de germe de blé.
– Et en 1938, la synthèse en fut réalisée par P. Karrer.
  • Détails:

En 1922, l'embryologiste Herbert Evans et son assistante Katherine Bishop, de l'Université de Californie à Berkeley, constatent que chez des rats soumis à un régime appauvri en lipides, les femelles peuvent tomber enceintes mais aucun fœtus ne se développe. Cependant, les grossesses arrivent à terme quand le régime est supplémenté avec des feuilles de laitue ou du germe de blé. Les deux scientifiques soupçonnent l'existence d'un composé lipophile, qu'ils nomment Facteur X, indispensable au développement du fœtus. En 1924, indépendamment des recherches de H. Evans et K. Bishop, Bennett Sure, de l'Université de l'Arkansas, montre qu'un composé retiré d'un régime alimentaire induit la stérilité chez les rats mâles. Bennett Sure nomme ce composé Vitamine E. Elle reçoit aussi le nom de tocophérol, du grec tokos: progéniture et pherein: porter. H. Evans et Oliver Emerson réussissent à isoler la vitamine E à partir de l'huile germe de blé en 1936, et Erhard Fernholz en détermine la structure en 1938. La même année, le Prix Nobel de chimie Paul Karrer réalise la synthèse de l'alpha-tocophérol racémique. Ce n'est qu'en 1968 que la vitamine E est reconnue comme un élément nutritif essentiel pour l'homme par le National Research Council des États-Unis. Les circonstances de la découverte de la vitamine E lui ont valu dans le grand public une réputation de vitamine de la fertilité, voire de la puissance sexuelle. Historiquement, la vitamine E reste tout de même la vitamine de la reproduction.

Autres Vitamines

Vitamine A / Vitamine B1 / Vitamine B2 / Vitamine B3 / Vitamine B5 / Vitamine B6 / Vitamine B8 / Vitamine B9 / Vitamine C / Vitamine D / Vitamine E / Vitamine F / Vitamine K /

Vitamine E et Questions

  • Qu'est-ce que la vitamine E?
  • A quoi sert la vitamine E?
  • Quel est le rôle principal de la vitamine E?
  • Sous quelles formes trouve-t-on la vitamine E?
  • Quelles sont les sources de vitamine E?
  • De combien de vitamine E avons-nous besoin ?
  • Quand et comment se manifestent les déficits en vitamine E?
  • Que se passe-t-il si l'on consomme trop de vitamine E?
  • Comment on mesure les doses et l’activité des vitamines?
  • Les vitamines sont-elles toxiques ?
  • Comment choisir un supplément?
Eléments de réponses:

Références bibliographiques



Présentation des vitamines

Questions sur les vitamines


Fairytale key enter-2.png
Portail: Vitamines